Recyclage du plastique
shutterstock_164407133

Recyclage du plastique

Omniprésentes dans les équipements collectifs et le mobilier de bureau, les matières plastiques sont, contrairement aux idées reçues, généralement plus difficiles à recycler que le bois et le métal. Cela tient aux nombreux ajouts de composants divers et variés aux polymères constitutifs.

La composition des plastiques :

La famille des matières plastiques couvre une gamme très étendue de polymères synthétiques ou artificiels. Leur composition peut être résumée par l’égalité suivante :
Matière Plastique = polymères bruts (résine de base) + charges + plastifiants + additifs

- Les résines (ou polymères) sont issues de produits intermédiaires tels que l’éthylène,le propylène, le benzène,ou l’acétylène, dont les matières premières sont le pétrole (procédé de vapocraquage), le gaz naturel ou le charbon, le degré de polymérisation (longueur de la chaîne de polymères) est la clé de voute du process : supérieur à 3000, le produit sera une matière plastique !
- Les charges (minérales, organiques) améliorent certaines propriétés mécaniques et spécifiques, par l’incorporation de kaolin, graphite, barite, pâte de cellulose…
- Les plastifiants, diluants peu volatiles, contribuent à rendre les composés plus flexibles et résilients.
- Les additifs, incorporés en faibles proportions, accroissent les propriétés recherchées. Ils font l’objet cependant d’une liste strictement délimitée par la directive 2002/72/EC, comprenant par exemple, fongicides, colorants, ignifugeants ou solvants.

Les plastiques, un recyclage spécifique :

Contenant parfois du chlore, des métaux lourds (plomb, cadmium), peu ou non dégradables, la question de leur recyclage est prioritairement à l’ordre du jour. ?Plusieurs formules peuvent alors concourir à résoudre ce problème environnemental étroitement lié à la production et l’utilisation du plastique :

- Par incinération (valorisation énergétique)
- Par traitement mécanique (lavage, tri, broyage)
- Par traitement thermo-chimique (solvolyse, pyrolyse, réaction chimique)

Depuis 1988, a été instauré un code d’identification des résines dont le support est un ruban de moebius à l’intérieur duquel un numéro (de 1 à 7) indique le type de plastique utilisé

Polyéthylène téréphtalate : bouteilles jus de fruits, sodas, eau minérale. Potentiellement dangereux pour l’usage alimentaire. Polypropylène : industrie automobile (pare-chocs, équipements), jouets, emballages de l’industrie alimentaire. Sans danger pour l’usage alimentaire
Polyéthylène haute densité : emballages semi-rigides. Sans danger pour l’usage alimentaire. Polystyrène : plaque d’isolation thermique, barquettes alimentaires, stylos, gobelets et couverts jetables, boîtiers de CD Potentiellement dangereux, notamment en cas de combustion.
Polychlorure de vinyle : canalisations, meubles de jardin, revêtements de sol, toile cirée, bouteilles de détergent. Potentiellement dangereux pour l’usage alimentaire. Autre : tout plastique autre que ceux nommés de 1 à 6 Les polycarbonates ( biberons en plastique, lorsqu’ils contiennent des particules de bisphénol A ) sont potentiellement toxiques.
Polyéthylène basse densité : bâches, sacs poubelle, films, récipients souples. Sans danger pour l’usage alimentaire.

Notre vie quotidienne, au bureau, à la maison, est rythmée par l’usage de produits à base de matière plastique. Toute la difficulté du recyclage dans ce domaine particulier est liée à la problématique des polymères qui ne sont que très rarement utilisés seuls, comme l’égalité proposée en introduction le démontre.

Laisser un commentaire

Fermer le menu
×
×

Panier